Chacun d`eux [les cinq modèles] à mon avis fait ressortir certains points importants et nécessaires. Le modèle institutionnel indique clairement que l`église doit être une communauté structurée et qu`elle doit demeurer le genre de communauté que le Christ a instituée. Une telle communauté devrait inclure un bureau pastoral doté de l`autorité pour présider le culte de la communauté en tant que tel pour prescrire les limites de la dissidence tolérable, et pour représenter la communauté de manière officielle. Le modèle communautaire montre clairement que l`église doit être unie à Dieu par la grâce et que, dans la force de cette grâce, ses membres doivent être amoureusement Unis les uns aux autres. Le modèle sacramentel ramène à la maison l`idée que l`église doit, dans ses aspects visibles – en particulier dans sa prière et son culte communautaires – être un signe de la vitalité continuelle de la grâce du Christ et de l`espérance de la rédemption qu`il promet. Le modèle kérygmatique accentue la nécessité pour l`église de continuer à annoncer l`Évangile et de déplacer les hommes pour mettre leur foi en Jésus en tant que Seigneur et Sauveur. Le modèle diaconal souligne l`urgence de faire contribuer l`église à la transformation de la vie séculaire de l`homme, et d`imprégner la société humaine dans son ensemble avec les valeurs du Royaume de Dieu. (185-186) […] EXCERPTED du Royaume de Dieu culte source http://www.chriscastaldo.com/2011/10/27/five-models-of-the-church/[…] Pour mélanger les valeurs dans les différents modèles, le type sacramentel de l`ecclésiologie à mon avis a un mérite spécial. Il préserve la valeur des éléments institutionnels parce que les structures officielles de l`église lui donnent des contours clairs et visibles, de sorte qu`il puisse être un signe vif. Elle préserve la valeur de la Communauté, car si l`église n`était pas une communion d`amour, elle ne pouvait pas être un signe authentique du Christ. Il préserve la dimension de la proclamation, parce que seulement en se fondant sur le Christ et en lui témoignant, si le message est accueilli ou rejeté, l`église peut-elle effectivement pointer vers le Christ comme porteur de la grâce Rédempteur de Dieu.

Ce modèle, enfin, préserve la dimension du service mondain, car sans cela l`église ne serait pas un signe du Christ Serviteur.

  Comments are closed.